Les derniers livres inspirants


La sous traitance

PDF Imprimer Envoyer

Dans les dernières années, énormément d’entreprises ont fait de l’externalisation de certains services (outsourcing en novo-économien) une véritable religion. Mais le phénomène en est à ses tout-débuts car le profil des sous-traitants et les rapports entre l’entreprise et les sous-traitants vont considérablement évoluer. L’entreprise va externaliser des tâches qui étaient jusqu’ici les chasses gardées des services internes, elle va aller chercher des compétences de plus en plus loin, va pouvoir faire intervenir des consultants de plus en plus experts dans leurs spécialités qui partageront eux-mêmes leur temps entre des entreprises réparties dans toute l’Europe, voire dans le monde entier.

Certains choisiront de se lancer dans l’aventure de façon indépendante. D’autres se fédéreront autour de sites communautaires de consultants. Aux Etats-Unis, de nombreux sites présentent les services de travailleurs indépendants (comptables, techniciens, vendeurs…). Certains d’entre eux sont une simple vitrine, d’autres proposent des fonctions plus avancées comme la gestion des emplois du temps.

Pour se convaincre de la part qu’auront les télétravailleurs dans le monde du travail, on constatera simplement qu’en Angleterre, il y aurait d’ores et déjà plus d’un million de télétravailleurs (ou travailleurs à domicile). Et d’ici le début du prochain millénaire, ce seront des dizaines de millions de télétravailleurs que l’on comptera à travers le monde, susceptibles de revendre leurs services dans n’importe quel pays pour peu que l’obstacle de la langue et la législation sociale soit surmonté.

Quelques nuances doivent être toutefois apportées : le fantasme de beaucoup de cadres est de quitter définitivement les grandes métropoles pour s’installer les uns dans une île paradisiaque, les autres dans le fin fond du Lubéron. On peut parler de fantasmes dans la mesure où les réseaux de télécommunication nécessaires au télétravail doivent être de qualité (dans l’idéal des accès à haut débit) qui ne sont disponibles que dans... les grandes améliorations ! C’est pourquoi, il est possible que le télétravail concerne dans un premier temps essentiellement les habitants des grandes villes. En outre, des réunions physiques plus ou moins régulières suivant la nature des missions confiées, restent encore indispensables pour prévenir tout sentiment d’isolement et contrôler l’avancement du travail ainsi que la fiabilité des télétravailleurs.

Mais les formes de sous-traitance vont aussi évoluer car, grâce aux technologies de l’information, le réseau d’une entreprise va de plus en plus intimement s’interconnecter avec ceux de ses fournisseurs, ce qui aura pour effet de rapprocher les organisations d’entreprises dont le rapport sera de moins en moins celui de client à fournisseur et de plus en plus celui de partenaires à partenaires. Les collaborateurs les plus proches d’un employé donné se trouveront de plus en plus souvent à l’extérieur de l’entreprise et de moins en moins souvent à l’intérieur de l’entreprise même.

Mais comme dans le cas des agents, le recours à la sous-traitance doit être soigneusement étudié. Il apparaît pertinent :

-        Lorsqu’elle permet de diminuer les coûts sans mettre en péril le niveau de qualité exigé par les clients : la transparence des marchés va obliger les entreprises à faire de nouveaux efforts de productivité. Jusqu’ici la sous-traitance dans les pays en développement était essentiellement limitée à l’industrie. Or, grâce aux réseaux informatiques (au premier rang desquels Internet) et à la convergence des cultures, il devient de plus en plus fréquent de voir des entreprises françaises sous-traiter des services, qui demandent parfois un niveau de qualification élevé, dans des pays en développement.

-        Lorsqu'un savoir-faire non disponible à court terme en interne est requis : les spécialistes coûtent chers, les experts encore plus chers. Les experts compétents sont encore plus chers et sont rares. Autant de raisons pour sous-traiter des missions très spécifiques à des consultants ou techniciens extérieurs.

-        En cas d'augmentation brutale et temporaire du niveau de l'activité : la rapidité de réaction exigée par l’économie actuelle oblige à gérer les ressources humaines sur le court terme. Les délais de recrutement se raccourcissant de plus en plus, il est parfois plus pratique de sous-traiter une mission pour laquelle il serait logique de créer un poste à temps plein si des difficultés de recrutement se posent.

 

Articles connexes