Les derniers livres inspirants


Réception (1)

PDF Imprimer Envoyer

Au niveau de la réception, ce sont les constructeurs des terminaux d’accès à Internet (Micro-ordinateurs, webtv, bornes interactives…) et les éditeurs de logiciels de navigation qui ont un poids sensible : en paramétrant ses navigateurs pour se connecter automatiquement sur la page d’accueil de son site, Netscape réussit à générer plusieurs centaines de millions de pages vues par mois. Partie sur un modèle de société d’édition de logiciel, la firme a fait évoluer son modèle économique vers l’édition de contenu et l’animation de communautés d’intérêts : les boutons, les bookmarks et les réglages initiaux de Netscape influent sur les modes de navigation de l’Internaute ainsi que sur les services utilisés et les sites visités. Cette approche a encore été renforcée depuis son rachat par AOL.

En contrôlant le logiciel de navigation, Netscape est donc à même d’orienter le mode de consommation d’Internet. Dans la version 4, Netscape avait décidé de mettre en valeur ses espaces communautaires grâce aux boutons apparus dans la barre d’outils :

 : ce bouton lance un logiciel qui permet à l’utilisateur de dialoguer en direct avec ses amis. Dès lors que l’un d’entre eux se connecte, l’utilisateur en est immédiatement averti et peut échanger quelques lignes de texte avec ce dernier.

 : c’est un guide de navigation (de la famille des sites portails) édité par Netscape qui ouvre les portes du web à l’utilisateur.

/ : ces deux boutons permettent de se connecter sur le site de Netscape et d’accéder à des sélections de nouveaux sites (Nouveautés) ou de meilleurs sites (Avoir).

 : Netscape s’était engagé dans la création de communautés d’utilisateurs. Ce bouton oriente automatiquement l’internaute. Grâce à des partenariats avec plus de 130 éditeurs, Netscape propose sur la version française de son site, un contenu gratuit de qualité ainsi que des espaces communautaires. Pour accéder à ces espaces, il est nécessaire de remplir un formulaire qui marque l’entrée dans la communauté Netcenter. Les membres peuvent alors recevoir un véritable magazine par e-mail (Netcenter News pour la version anglaise).

 : il s’agit d’autres services de type communautaire.

La sélection de 56 bookmarks (appelés aussi signets ou favoris) qui était jointe au logiciel lors de son installation, permettait d’orienter l’utilisateur dans sa navigation et ses achats. Ainsi, le cyberacheteur désirant se procurer un billet d’avion avait-il de fortes chances d’utiliser la sélection de bookmarks sur le voyage du logiciel et de se connecter sur le seul transporteur aérien qui y figure… Air France –http://www.air-france.fr–.

Comme cela était prévisible (je l’avais d’ailleurs prévu dans la première édition de ce guide ;-) Netscape, comme Microsoft, ont développé, dans les nouvelles versions de leur browsers, des interfaces qui mettent en avant les services d’e-business. Sur la version 6 de Netscape, entièrement réalisée en Java (synonyme de lenteur en novo-économien), quatre boutons sont apparus dans la version de base du logiciel :

Business : permet notamment de réserver un billet d’avion, de gérer un portefeuille boursier ou de trouver un emploi,

Tech : permet de créer un site web ou d’acheter des logiciels,

Fun : permet d’acheter de la musique, de réserver une place de cinéma ou une chambre d’hôtel, d’acheter un billet d’avion ou encore de réaliser ses achats de noël,

Interact : permet d’accéder à des forums de discussion, des services de chat, de calendrier en ligne, d’écouter la radio ou de gérer un compte e-mail en ligne.

Pour ceux qui n’auraient pas compris qu’il est temps de devenir acheteurs, le nouveau menu Search intègre une option Business qui lance une recherche dans les pages jaunes et une option Shopping search. Ne parlons pas du Bookmark qui s’est enrichi de sites très ciblés.

Bien entendu, les collègues de Microsoft ne sont pas en reste, puisqu’ils travaillent depuis près de dix ans sur des technologies à base d’agents intelligents ; il est fort probable que cette future fonction SHOPPING ressemblera aux assistants d’achat décrits dans les pages précédentes de ce guide.

Les éditeurs de logiciels constituent donc de nouveaux chaînons de la chaîne de valeur ajoutée virtuelle.

 

Articles connexes