Les derniers livres inspirants


Les agents vendeurs

PDF Imprimer Envoyer

Ce sont des agents qui représentent les intérêts du vendeur. Les plus simples sont les chatter-bots du type Neuromedia –http:/www.nativeminds.com– qui sont capables de dialoguer en mode texte avec le visiteur d’un site web. Au-delà des civilités, ils sont capables d’orienter de façon plus conviviale que par des clics un utilisateur vers le contenu du site web, par l’intermédiaire d’un jeu de questions-réponses simple. Ils sont pour le moment quelque peu limités dans leur vocabulaire et la qualité des réponses qu’ils fournissent est médiocre. Ils ressemblent d’une certaine manière à des jeunes diplômés qui commencent dans la fonction commerciale, maîtrisent mal leur produit et se laissent facilement désarçonner par les questions un peu embarrassantes des clients. On discute avec eux d’une façon bienveillante et indulgente.


Mais les progrès sont tels que dans moins de trois ans, ils pourront soutenir de véritables conversations et que dans dix ans, avec l’intégration de la reconnaissance vocale (qui est une technologie qui arrive enfin à maturité) et des technologies de marketing one-to-one, ils seront devenus des vendeurs d’élites capables de détecter vos besoins de façon très fine pour vous faire céder à la tentation d’acheter presque aussi efficacement qu’un vendeur en chair et en os… La limite de ces agents est qu’ils seront capables de vendre des marchandises simples. Dès que la vente demandera de l’intelligence, la présence de l’homme sera indispensable. Une autre des fonctions de ces assistants de vente consistera à dialoguer avec des agents représentants l’acheteur dans le cadre d’une négociation commerciale (ceci se fait déjà dans le cadre de certains des systèmes d’enchères automatiques où les acheteurs potentiels peuvent demander à un agent de surenchérir automatiquement auprès du vendeur en fonction des propositions des autres acheteurs potentiels).

Pour le moment, les sociétés ayant développé de tels systèmes étant composées de bataillons d’ingénieurs, ces agents prennent souvent l’apparence de robots. Bien évidemment, plus ils se rapprocheront des représentations humanoïdes susceptibles d’établir un dialogue un peu moins froid avec l’utilisateur, plus grandes seront leurs chances de convaincre.

 

Articles connexes