Les derniers livres inspirants


Les métiers et la formation

PDF Imprimer Envoyer

Les artisans et paysans se transmettent le métier de père en fils et les évolutions dans la façon de travailler restent marginales. On garde son métier toute sa vie et la plupart du temps, il s’agit du métier de ses ascendants. A tel point que l’on finit parfois par prendre comme patronyme, le nom de son métier (charpentier, cordonnier, boulanger…). A l’ère industrielle, l’école est devenue obligatoire et l’on a parfois la chance de prendre l’ascenseur social qui mène vers les études supérieures. On atteint alors les professions intellectuelles supérieures (instituteurs, médecins, avocats, cadres…) que l’on conserve toute sa vie en prenant de plus en plus de responsabilités (la notion de carrière apparaît). Parfois, un incident de parcours oblige à apprendre un nouveau métier. A l’ère de l’information, la formation supérieure devient indispensable pour entrer dans la vie active. Cependant, elle n’est plus considérée comme un bagage mais comme un tremplin initial. Ensuite, il est nécessaire d’anticiper les évolutions du marché de l’emploi et d’acquérir des compléments de formations, voire de développer soi-même de nouveaux savoir-faire afin de rester en phase avec les besoins d’une économie en mutation perpétuelle.

 

Articles connexes