Les derniers livres inspirants


Geocitiesus Communitaris (2)

PDF Imprimer Envoyer

Le papillon digital aime le fonctionnement en réseau

Geocities représente une autre famille d’intermédiaires sur Internet : les communautés. Il existe deux façons de concevoir le commerce sur Internet. Soit vous attendez que l’internaute exprime un besoin et parte à la recherche d’un site commercial pour le satisfaire, soit vous essayez de l’intercepter lorsqu’il se connecte pour rencontrer ses pairs et chercher des informations dans de ce qui s’appelle des communautés. Leur avantage est double : outre qu’elles permettent de toucher des populations très ciblées sur le web, elles possèdent aussi généralement les fichiers nominatifs d’adresse email la plupart du temps assortis de données socio-démographiques. Lorsque l’on sait que le premier défi auquel est confronté le webmarketer est l’anonymat des visiteurs de son site, on voit immédiatement la position stratégique de ces communautés.

 

Comme toute société, les communautés de Geocities ont dû être organisées et l’animation de chaque sous-communauté (plusieurs milliers) a été confiée à des animateurs (les Community Leaders), chargés d’aider et d’orienter les membres de la communauté. Côté commerce, les abonnés ont la possibilité de recevoir à intervalles réguliers des offres promotionnelles ciblées. A travers le Netopia Virtual Office, le membre de Geocities ne connaissant pas le HTML (format de mise en page sur le web), a la possibilité de créer en quelques minutes un site personnel de présentation, à partir duquel il sera possible d’organiser des téléconférences, d’échanger des fichiers et d’une façon générale, d’entrer dans l’univers du groupware. Geocities est donc presque un lieu de vie en ligne et par conséquent, bien plus qu’un simple service d’hébergement.

Les méta-communautés de type Geocities se sont en réalité révélées être des symbiotes incapables de se développer sur le long terme de façon autonome. Construites la plupart du temps par une équipe majoritairement composée d’ingénieurs qui ne virent comme principale source de chiffre d’affaires que la publicité, ces dernières n’atteignirent jamais l’équilibre. Au fur et à mesure que le marché de la publicité devient difficile, les méta communautés "méta-mutent" leur discours et se font racheter (Yahoo rachète Geocities en janvier 1999 par échange de titres, Lycos Europe rachète la méta communauté leader en France, Multimania, en novembre 2000).

 

Articles connexes