Les derniers livres inspirants


Autobytelus Mediatoris (2)

PDF Imprimer Envoyer

Les papillons aiment décidément voyager

Autobytel vend également en Europe : dans l’ordre, sur les marchés anglais, allemand et français (grâce à un accord avec Autoatnet.com). Le concessionnaire dont le rôle a relativement peu évolué depuis le début du siècle, va devoir revoir son rôle. Pour continuer à justifier sa mission commerciale face à la concurrence d’Autobytel, il devra offrir toujours davantage de services et réellement jouer la carte de la proximité avec ses clients. Les constructeurs investissent de lourdes sommes sur Internet pour tenter de contrebalancer le pouvoir de ces nouveaux acteurs. Mais en France, tiraillés entre leur volonté de ménager leur réseau de distribution actuel et le potentiel qu’ils sentent derrière Internet, ils ne parviennent pas à vendre plus de quelques dizaines de véhicules par trimestre, non parce que le marché est immature, mais parce qu’ils n’ont pas analysé la valeur du service rendu par Autobytel qui apporte une réelle valeur ajoutée au client. La stratégie de vente sur un site unique et isolé ne peut en aucun cas rivaliser avec la rupture provoquée par Autobytel. Ils devront accepter de mettre en place des programmes d’affiliation similaires à ceux d’Amazon avant qu’Autobytel ne le fasse. Mais les constructeurs automobiles ont une carte secrète : l’informatique embarquée qui va se généraliser et permettra d’accéder à des réseaux de type internet dans les années qui viennent. Ces réseaux leur permettront de proposer de nouveaux services et de générer de nouveaux revenus.

 

Articles connexes