Les derniers livres inspirants


Entomologie des especes mutantes de l economie digitale (1)

PDF Imprimer Envoyer

La métamorphose

L’une des images qu’il m’arrive d’utiliser au cours de mes séances de formation au commerce électronique est celle de la métamorphose de la larve en papillon.

L’idée est très simple : tapi derrière mon écran, j’observe depuis plus de cinq ans les facteurs clés de succès de ceux qui réussissent dans le commerce électronique et aussi les facteurs clés d’échec (nettement plus faciles à stigmatiser). Si je ne dispose toujours pas de la recette miracle, je suis parvenu à mettre en évidence depuis les 25 m2 de mon observatoire (qui me sert aussi de laboratoire d’expérimentation), un phénomène étrange mais qui est étroitement lié à la réussite sur Internet chez 92,9 % des sujets étudiés.

Toutes les entreprises commencent par considérer Internet comme une technologie. Quelques mois plus tard, on réalise qu’Internet est aussi un bon moyen de communiquer, de mener des actions marketing à moindre coût et enfin qu’il constitue un excellent canal de distribution.

Et c’est précisément le mot enfin qui fera toute la différence entre les entreprises qui vont se développer grâce à Internet et les autres. Car si vous vous arrêtez à l’étape Internet=canal de distribution, vous avez de fortes chances de passer à côté du véritable potentiel du réseau.

Quasiment tous les sujets que j’ai passés sous la lumière de mon microscope économique ont engagé une transformation profonde dans leur façon de travailler, de commercer, de servir leur client et ont même souvent transformé leur offre commerciale. Car voilà bien un des enseignements essentiels des premières années du commerce électronique : il faut transformer de façon très sensible son entreprise pour vendre sur Internet. Il faut se métamorphoser et passer du stade de la larve à celui du papillon.

La larve est l’entreprise de l’économie industrielle : elle aime le papier, elle essaie de trouver des clients pour les biens qu’elle produit, elle se hâte lentement à cause de son poids et parce qu’elle regarde par terre, elle ne voit arriver ses prédateurs qu’au dernier moment. Elle ne vend pas ou peu sur Internet car elle ne sait dire que production, marketing et distribution.


Le papillon est l’entreprise de l’économie digitale : léger, rapide et opportuniste, il évolue en hauteur et sait détecter toutes les opportunités qui peuvent se présenter même si elles se trouvent loin de sa prairie natale. Il butine allègrement de nouvelles familles de fleurs pour en faire de nouveaux clients, il accompagne sans état d’âme le vent qui tourne et offre à ses clientes-fleurs ce qu’elles lui demandent. Elles lui disent à demi-mot besoins, rapidité et personnalisation ; il leur répond intelligence, disponibilité et écoute.

Bref, vous l’aurez compris, la thèse que je défends est basique : Internet et le commerce électronique marquent l’entrée dans une nouvelle économie qui a d’ores et déjà édicté de nouvelles règles du jeu et qui a fait émerger une nouvelle race d’entreprises.
 

Articles connexes