Les derniers livres inspirants


Le cloud computing, le standard de demain ?

PDF Imprimer Envoyer

Certains spécialistes prévoient que d’ici 5 ans, le cloud computing aura considérablement modifié l’informatique en entreprise en apportant de nouvelles solutions en matière de stockage des données et de puissance de calcul. Google ou encore IBM en ont déjà fait l’un de leurs axes de développement prioritaires pour les années à venir.

Le cloud computing est un concept apparu voilà plusieurs années qui est récemment revenu sous les feux des projecteurs. Le cloud computing consiste en l’utilisation des capacités de mémoire et de calcul de réseaux d’ordinateurs et de servers répartis dans le monde entier. Ce système permettrait aux utilisateurs de disposer d’une puissance de calcul s’adaptant à leurs besoins réels. Une technique qui permettrait par exemple aux utilisateurs de logiciels de supervision industrielle de disposer de ressources informatiques suffisantes pour exploiter leurs applications au maximum.

Le cloud computing est actuellement en phase de lancement business. Certains acteurs importants du secteur des technologies de l’information et de l’ingénierie informatique proposent déjà des services informatiques en ligne. Ainsi, Google à lancé le projet Google 101 auquel IBM s’est associé. Ce projet a permis la création de centres de calculs dotés d’une puissance inégalée, que l’on nomme les clusters. Amazon propose également des services de stockage en ligne ainsi que des services de calcul en ligne avec son offre Elastic Compute Cloud.

L’introduction de cette technologie dans les entreprises entraînerait de nombreux changements. Le cloud computing constitue en effet une nouvelle manière de considérer l’informatique et son utilisation. Avec ce système, un logiciel de télégestion pourra être utilisé sur un ordinateur peu puissant grâce à la puissance de calcul disponible à la demande sur le cloud. Cette technologie présente un intérêt certain dans de nombreux secteurs d’activité, par exemple dans le domaine de l’ingénierie industrielle, dont les besoins en puissance de calcul peuvent varier en fonction du niveau d’activité.

Ce nouveau système de sauvegarde et de gestion de l’information se heurte pour le moment à des problématiques de confidentialité des données. En effet, le cloud computing suppose que l’ensemble des données soient sauvegardées sur les servers d’un tiers. Toutefois, on observe que certaines multinationales ont déjà pris la décision de se lancer sur cette voie. Ainsi, Sun Microsystem a annoncé que l’ensemble des centres de calcul de l’entreprise utiliserait la technologie Cloud Computing d’ici 2015. Des cabinets d’experts prévoient que cette technologie commencera à se généraliser dans les deux prochaines années. Les applications dans les domaines des nouvelles technologies, de la recherche ou de la supervision industrielle sont, en effet, nombreuses.

 

Articles connexes