Les derniers livres inspirants


La greffe : Pourquoi racheter un papillon digital ?

PDF Imprimer Envoyer

Lorsqu’une entreprise sent qu’elle a pris un gros retard dans son développement et qu’il ne lui reste que peu de temps avant que les barrières à l’entrée ne deviennent infranchissables, elle choisit souvent de racheter une start-up afin de gagner du temps. Cela lui permet d’apprendre un nouveau métier, d’acquérir la maîtrise de nouvelles technologies ou de nouvelles techniques commerciales. Ce fut notamment le cas de France Télécom qui investit lourdement dans la société Echo. Cette société fût fondée par Christophe Dupont, jeune ingénieur qui développa un des tout premiers moteurs de recherche en texte intégral francophone (en juin 1996). A cette époque, France Télécom croit encore que le Minitel peut concurrencer Internet et elle ne mise pas énormément sur le réseau des réseaux. Pendant ce temps, le moteur Echo commence à faire parler de lui, même s’il ne connaît pas le succès d’Altavista, son grand concurrent américain, soutenu par des capitaux très importants. Sans investisseurs, Echo continuera de végéter. Lorsque, quelques mois plus tard, France Télécom décide de se positionner sur Internet, l’opérateur de Télécom pourrait s’appuyer sur son savoir-faire en matière d’outil de recherche (la société a développé un système très performant de recherche en langage naturel pour le Minitel) mais, pour gagner du temps dans la course contre la montre dans laquelle elle s’est engagée, elle décide de racheter la technologie d’Echo en investissant dans la jeune société. France Télécom qui a exigé l’exclusivité de la technologie, se débarrasse en même temps d’un jeune concurrent qui aurait probablement grandi après avoir fait un tour de table (entrée dans le capital social de la société de capitaux risqueurs). La principale motivation dans le rachat d’Echo était la technologie.

Parfois enfin, le rachat entre dans le cadre d’une stratégie de diversification ou d’enrichissement d’un bouquet de services. C’est le cas de Yahoo! qui a racheté l’annuaire e-mail Four 11 –http://www.four11.com–, Broadcast.com –http://www.broadcast.com– ou encore la méta-communauté Geocities –http://www.geocities.com–. Il est à noter que ces rachats ont aussi permis à Yahoo d’augmenter son portefeuille de clients. Désormais, Yahoo touche au moins une fois par mois la moitié des internautes par l’un de ses services.
 

Articles connexes