Les derniers livres inspirants


La filialisation offre une souplesse extreme

PDF Imprimer Envoyer

Elle est un excellent compromis entre la puissance de l’entreprise existante et l’énergie, la réactivité et la créativité que l’on peut attendre d’une jeune structure. La filiale est plus libre de créer de nouveaux produits pour satisfaire la demande spécifique à Internet, soit en déclinant simplement le savoir-faire de la maison mère, soit en développant son propre savoir-faire, de s’adresser à de nouveaux marchés (des marchés d’export, par exemple) ou de nouer des accords avec des partenaires Internet…. La filiale teste de façon beaucoup plus efficace les nouveaux concepts commerciaux et organise sa croissance autour de ces nouvelles méthodes de gestion. L’efficacité des capitaux investis est beaucoup plus élevée. En outre, un certain nombre de blocages liés aux individus, qui existent dans la stratégie de l’incubation, sont levés : un projet Internet peut être bloqué ou ralenti pour des raisons qui n’ont rien à voir avec les intérêts de l’entreprise. Prenons un exemple : Monsieur Machinerd, 50 ans, directeur de l’informatique, reste persuadé qu’il ne faut pas faire de commerce électronique aussi longtemps que le problème de la sécurité sur Internet n’a pas été complètement, entièrement, absolument résolu. Il freine donc des quatre fers à chaque fois qu’on lui demande une recommandation. Madame Houlala, directrice de la communication qui sent que si le projet de commerce électronique lui échappe, elle perdra le contrôle du dossier Internet, comprend qu’elle n’a pas forcément intérêt à transmettre les enseignements de l’expérience du site plaquette qu’elle gère depuis un an et demi. Monsieur Tequenaux, ingénieur informatique tient absolument à développer le site sans le soutien d’aucun prestataire extérieur mais demande quelques mois de délai à cause du passage à l’an 2000 et fait prendre un retard important à l’entreprise…

 

Articles connexes