Les derniers livres inspirants


Commerce électronique : Paiement a l'acte (Pay-Per-View)

PDF Imprimer Envoyer

C’est la voie la moins risquée de facturation dans un univers où les consommateurs sont très attachés à leur liberté de mouvement et refusent la plupart du temps, d’aliéner leur liberté de choix. C’est probablement celui qui dominera l’industrie des loisirs en ligne (jeux en ligne, télévision interactive, musique, édition en ligne…). La principale limite de ce mode de facturation est que la base de clientèle est très volatile et que des programmes de fidélisation (par cumul de points ou création d’espaces communautaires) sont indispensables si l’on désire se protéger de la concurrence.

Le pay-per-view fonctionne bien avec des services d’intermédiation comme les services de mise en relations de freelance, les services d’appels d’offre comme Marketo
–http://www.marketo.fr– où les entreprises qui désirent recevoir des appels d’offre paient à chaque appel d’offre reçu. C’est le cas aussi de Webhelp –http://www.webhelp.fr–, un service où l’internaute paie pour confier une recherche d’information sur le web à des chercheurs d’information professionnels. C’est aussi le cas de USSearch
–http://www.1800ussearch.com–, un service d’enquête sur les personnes qui recherche des informations dans les bases de données publiques (type Banque de France, casier judiciaire…). Chaque profil (synthèse d’informations sur une personne) est facturé entre 10 et 200 dollars.

 

Articles connexes