Les derniers livres inspirants


L e-mailing : Le bulk mailing

PDF Imprimer Envoyer

Il consiste à envoyer des messages à une importante liste d’adresses e-mail. Littéralement, cela signifie mailing de masse.

Le mailing de masse est souvent confondu avec le spamming qui consiste en l’envoi en masse d’e-mail non sollicités, c’est-à-dire dont les destinataires n’ont pas explicitement et de façon non ambiguë demandé à recevoir des messages commerciaux de la part d’un expéditeur donné. Le mot spam provient d’une marque de jambon en conserve « Spam » qui a lourdement utilisé la publicité à la radio pour se faire connaître. Les sociétés qui ont recours au spam s’exposent à des poursuites judiciaires dans un nombre croissant de pays. Aux Etats-Unis, un des premiers états à légiférer, a été la Virginie qui abrite le siège de la société AOL, premier fournisseur d’accès mondial dont les abonnés ont été lourdement victimes du spamming. Une loi fédérale a été votée contre le spamming durant l’été 2000. En Europe, les premiers pays à légiférer contre le spamming ont été l’Allemagne, l’Autriche et la Suisse. L’Union Européenne a intégré, dans une directive sur le commerce électronique votée en 2000, une partie concernant la lutte contre le spamming. Les pays de l’UE devront donc voter des lois sanctionnant le spamming.

En général, lorsque vous désirez réaliser une opération de spamming, vous vous êtes procuré la liste par un des trois moyens suivants :

-       location ou achat d’adresses e-mail sans le consentement de leurs propriétaires,

-       collecte sélective d’e-mails grâce à un agent logiciel qui lancera une recherche dans les outils de recherche sur un thème précis (le tir à l’arc, par exemple) et collectera à votre place tous les e-mails des sites traitant du sujet constituant ainsi une liste très ciblée de prospects,

-       collecte des e-mails des intervenants dans des newsgroups fréquentés par votre cible,

-       achat de CD–ROM contenant des millions d’adresses e-mails, qualifiées ou non.

La principale difficulté réside dans la conception du message que vous allez délivrer : des milliards de messages non sollicités sont envoyés chaque jour par e-mail. Il est donc préférable d’offrir immédiatement une contrepartie gratuite en échange de l’attention de votre prospect et de vous concentrer sur les adresses que vous avez vous-même collectées. Car l’encombrement d’une boîte aux lettres électronique est encore moins bien perçu que celui des boîtes aux lettres traditionnelles et, dans le premier cas, les réactions peuvent être «sanguines» : un prospect mécontent peut vous envoyer quelques dizaines de copies d’un message de mécontentement en un temps record ; si quelques milliers de visiteurs font de même, votre boîte aux lettres personnelle sera indisponible pour un moment.

De plus, les nouvelles voyagent vite sur le réseau et des prospects que vous avez agacés peuvent parfaitement organiser une campagne de désinformation à votre sujet et porter préjudice à votre réputation naissante sur le web. En matière de publipostage, la plus grande prudence s’avère donc nécessaire.

 

Articles connexes