Les derniers livres inspirants


Le rôle des villes dans le futur

PDF Imprimer Envoyer

Un article publié sur Slate.fr, traduit d'une analyse originale de Parag Khanna attire notre attention sur un phénomène connexe de la mondialisation, difficilement perceptible de l'Europe: la mutation des villes et leur rôle croissant dans l'économie mondiale au XXIième siècle.

L'auteur Parag Khanna est un jeune théoricien né en Inde dans l'Utar Pradesh en 1977 et qui a acquis la nationalité américaine. Il parle allemand, français, arabe et espagnol en plus de sa langue maternelle, l'Hindi et de l'américain. Celui lui donne une vision transverse de la culture mondiale qui est intéressante et qui met en lumière des méga tendances que nous ignorons en France lorsque nous projetons de façon narcissique dans l'avenir.

Tendance N°1: c'est en Asie que s'invente la ville du futur

La visite que j'ai faite de la ville de Shanghai en janvier 2006, m'a donné un regard concret sur la réalité du miracle chinois. Le vieux Shanghai allait être éradiqué d'ici à l'exposition universelle de 2010 et la ville de Shanghai est une ville qui était en train de s'inventer: course aux gratteciels les plus innovants, nouveaux produits, artistes technologiques, atmosphère de farwest, effervescence, aimant des jeunes élites mondiales, sur fond de matérialisme...

Cela me rappelait une époque que je n'avais pas vécu: le paris du début de la fin du XIXème siécle, de l'exposition universel où la France présentait son bijou technologique: la Tour Eiffel, construisait le nec plus ultra du bon gout de l'époque: pont Alexandre III, grands boulevards, métropolitain. J'ai enfin compris ce que pouvait ressentir les nouveaux arrivants à New York au début du XXième siècle quand tout restait à faire.

Aujourd'hui, c'est en Chine que l'on invente le futur du métro et du tramway: la Chine vient d'annoncer une nouvelle forme de bus aérien. Pour passer au dessus des autoroutes saturées de Shanghai et de Pékin (bien qu'elles possèdent entre 6 et 10 lignes de voitures), les Chinois vont créer des bus où les passagers seront assis dans des espaces situés à 20 mêtre au dessus de la chaussée et qui avanceront au dessus des voitures, grâce à leur rails lateraux.

Même des pays comme la Thaïlande participe à réinventer la ville: des autours urbaines surplombe tel des métro aériens les principales artères de la ville, si bien que d'en bas, on ne voit plus le ciel. Pour nous autres européens, un sentiment d'étouffement peut rapidement survenir. Peut-être le même sentiment que les campagnards issus de l'exode rural ressentaient lorsqu'ils arrivaient dans la capitale française dans les années soixante lorsque la voiture prenait son essor.

Tendance N°2: l'automobile sera virée de certaines villes du futur

Le projet Masdar City est un projet de l'état d'Abou Dabi, de ville sans voiture, à empreinte écologique neutre et reposant principalement sur l'énergie solaire.

En Chine de nombreux projets de villes nouvelles prennent le partie du développement durable.

Un rapport d'un grand cabinet Américain soulignait le fait que si l'Inde se mettait à l'urbanisme éco-efficient, la population serait en bien meilleure santé et produirait 1,5% de PIB supplémentaire tous les ans.

Tendance N°3: la ville du futur sera précise et technologique

La Corée du Sud a créé un gigantesque projet immobilier urbain, Song Do , une ville qui se présente comme la première ville intelligente, où tout est conçu pour que les habitants interagissent avec leur environnement. dans un pays où tous raffolent du haut débit et des smartphones. Là encore, le projet intégrent la contrainte écologique comme une donnée incontournable. Cette ville pourrait d'ailleurs servir de modèles à une Asie hyper polluée où l'explosion des villes ne sera supportable qu'à condition d'inventer de nouvelles solutions. Les 300 villes nouvelles que la Chine prévoit de batir pourrait ne plus ressembler aux villes HLM qui sont la norme du miracle économique du début du XXIème siècle.

L'article de Parag Khanna,pour en être très intéressant et éclairant pour nos visions d'européens sur la ville, présente une grosse faiblesse: il ne démontre rien et se contente d'affirmer des postulats sur l'évolution des villes dans le futur.

Enfin, il fait abstraction de deux données importantes

  • la capacité des mégapoles actuelles à se développer sans tuer leurs habitants en raison d'une trop forte pollution sonore, de l'air et de l'eau (les projets de villes du modèle conçue pour le développement durable étant intransposable sur les mégalopoles actuelles),
  • la volonté des élites à se contenter de la qualité de vie accessibles dans ces mégalopoles.

Liens complémentaires



 

Articles connexes